La Bondrée apivore Pernis apivorus

Bondrée apivore     Pernis apivorus  
Buse bondrée

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Pernis 
Nom binominal  Pernis apivorus  (Linnaeus, 1758)

La Bondrée apivore (Pernis apivorus), est une espèce de rapaces diurnes appartenant à la famille des Accipitridae. Cette espèce protégée, insectivore et migratrice, n'est présente que durant l'été en Europe.

Historique et dénomination
Espèce décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 sous le nom initial de Falco apivorus.
Selon Cabard et Chauvet, le terme Pernis serait une modification du mot grec pternis (oiseau de proie), mais ces auteurs rappellent que pernissignifie rapide, agile en latin.
Les termes apivorus et apivore viennent de deux mots latins, apis l'abeille et voro, dévorer, même si ce rapace consomme essentiellement des larves de guêpes.

Description
Cet Accipitridé de dimensions moyenne (longueur totale de 50 à 60 cm; envergure de 130 à 150 cm) a une silhouette en vol comparable à celle d'une buse variable.
Il se reconnaît à ses ailes étroites, sa tête petite mais proéminente et sa queue très développée et parcourue de trois barres foncées, dont une large bande terminale. Son plumage est très variable. Les plumes situées à la base du bec et autour de l’œil sont courtes, arrondies et compactes, assurant une protection contre d'éventuelles piqûres de guêpes et d'abeilles.
La bondrée apivore recherche sa nourriture sur le sol et peut creuser des trous atteignant 40 cm de profondeur, afin de déterrer ses proies préférées : larves et pupes d'hyménoptères. Elle complète ce régime alimentaire de batraciens, reptiles et oisillons.

Caractéristiques
D'une longueur de 52 à 60 cm, ce rapace a une envergure allant de 120 à 150 cm et un poids variant entre 600 et 1 100 g.
La couleur de son plumage, variable selon les individus, est grossièrement brune sur le dessus de l'oiseau et blanc strié ou taché de brun-noir sur le dessous. Les stries horizontales du dessous des ailes et de la queue, bordées de sombre, sont caractéristiques de l'espèce. Il existe des individus plus ou moins clairs ou foncés, mais tous présentent au poignet, sur la face inférieure de l'aile, une tache circulaire sombre.
La tête est relativement petite par rapport au reste du corps, la queue longue. Les yeux sont dorés. Le bec, crochu, est noir. La base du bec présente de courtes plumes raides ressemblant de loin à des écailles. Les pattes sont jaunes, fortes et les doigts sont couverts d'écailles épaisses.

Aspect des juvéniles
Assez semblables à l'adulte, ils s'en distinguent par la couleur de leur iris brun au lieu de doré, et par la couleur jaune de leur cire (zone sans plume à la base du bec). Ils ont de plus la queue relativement plus courte et les caractéristiques du plumage adulte ne sont pas encore totalement acquises (ils présentent notamment mêlées aux plumes brunes des plumes blanches, qui disparaitront au cours du temps sur les parties supérieures de l'oiseau).

Comportement
Ses pattes lui facilitent la marche. Elle sait planer des heures haut dans le ciel comme tous les rapaces, mais sait mieux que certains voler longtemps sans planer lors de ses trajets de migration.

Alimentation
En été ou lors de son hivernage africain, son régime alimentaire est essentiellement insectivore. Ses proies principales sont les larves, les pupes et les adultes d'hyménoptères sociaux (principalement des guêpes, mais aussi des abeilles, des bourdons et des frelons, y compris les frelons asiatiques), ainsi que la cire et le miel éventuellement trouvés dans les rayons de l'essaim. Le nid des insectes est détecté en suivant les adultes en vol jusqu'à l'emplacement de l'essaim. Les essaims souterrains sont déterrés, parfois sur 40 cm de profondeur, à l'aide de ses serres très fortes et recouvertes d'épaisses écailles, puis la bondrée apivore déchire les rayons avec son bec. La base du bec et le tour des yeux sont protégés des piqûres par des plumes raides à aspect écailleux ; les narines, étroites, empêchent la pénétration des insectes, de la terre ou de la cire dans les fosses nasales.
Au printemps, alors que les essaims sont encore peu développés, ou lorsque les proies principales se font rares, la bondrée apivore peut consommer des sauterelles, coléoptères, chenilles et autres insectes, mais aussi des araignées, des vers de terre, voire de petits vertébrés (grenouilles, squamates, mammifères, oisillons), ainsi que des œufs  ou des baies. Cette nourriture est généralement chassée à pieds ou cueillie au sol, la marche étant facilitée par ses serres modérément recourbées, contrairement à de nombreux rapaces de la famille des Accipitridae.
Elle est un oiseau migrateur. C'est là aussi son régime alimentaire qui en est la cause : elle va là où sont ses proies. Elle vit en Europe l'été et en Afrique l'hiver, au sud du Sahara. Le départ vers l'Afrique se fait généralement vers le mois de septembre, et le retour en Europe en avril ou mai.
En Europe, lors de la saison de nidification, elle niche généralement en zone boisée, préférentiellement dans les forêts matures présentant des clairières et un sous-bois clairsemé. On peut aussi la voir dans les campagnes et les friches proches de son lieu de nidification.

Confusion possible 
Souvent confondue de loin avec la Buse variable en raison de ses dimensions et de sa coloration,

Photo 1 Antje Görtler     source  http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondr%C3%A9e_apivore#mediaviewer/File:Wespenbussard_Pernis_apivorus_by_A._G%C3%B6rtler_edit2.jpg
Photo 2  Accipiter    source http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondr%C3%A9e_apivore#mediaviewer/File:Pernis_apivorus_i080515_w_ad_080519.jpg
Photo 3  Andreas Trepte     source http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondr%C3%A9e_apivore#mediaviewer/File:Wespenbussard_European_honey_buzzard_Pernis_apivorus.jpg
Photo 4 Didier Descouens  source  http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondr%C3%A9e_apivore#mediaviewer/File:Bondr%C3%A9e_apivore_MHNT.jpg

Périodes D Observations

OBSERVATIONS EN PICARDIE

ANNEXES ET Bibliographie

Mise en ligne le 9 mai 2011  par Jan Diermen van
Honey Buzzard excavates Vespula germanica combs with larvae (dark part) and pupae (white seals capping cells). Generations in a wasps comb come in circlets. This female bird feeds two nearly fledged chicks some 5 km away. August 14, 2010.