Accipiter nisus Épervier d'Europe

Accipiter nisus byMeneer_Zjeroen

Épervier d'Europe Accipiter nisus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Accipiter
Nom binominal Accipiter nisus (Linnaeus, 1758)
Synonymes
Falco nisus Linnaeus, 1758
Statut de conservation UICN LC1 : Préoccupation mineure

L'Épervier d'Europe (Accipiter nisus) est une petite espèce d'oiseau de proie de la famille des accipitridés. Le mâle adulte a les parties supérieures gris bleuâtre et des parties inférieures barrées d'orange ; la femelle et le juvénile sont bruns au-dessus et barrés de brun au-dessous. La femelle est jusqu'à 25 % plus grande que le mâle, ce qui constitue l'une des plus grandes différences de taille entre les sexes parmi toutes les espèces d'oiseaux. Bien qu'il soit un prédateur spécialiste des oiseaux des bois, l'Épervier d'Europe peut être trouvé dans n'importe quel habitat et, dans les villes, chasse souvent les oiseaux de jardin. Les mâles prennent plutôt les petits oiseaux comme les mésanges, les fringillidés ou des passéridés alors que les femelles attrapent surtout des grives et des étourneaux, tout en étant capables de tuer des oiseaux pesant jusqu'à plus de 500 grammes.
Description

Plumage et mensurations
L'Épervier d'Europe est un petit rapace avec de larges ailes arrondies et plutôt courtes et une longue queue, qui l'aident à se déplacer parmi les arbres. La queue est toujours plus longue que les ailes ne sont larges ; elle est striée de 4 à 5 barres, vagues chez le mâle adulte. Les pattes sont longues et jaunes et le tarse n'est pas plus large que le diamètre de l'œil2. Les femelles peuvent être jusqu'à 25 % plus grandes que les mâles3, et peser jusqu'à deux fois plus4. Ce « dimorphisme sexuel inversé » est inhabituel chez les vertébrés supérieurs, mais courant chez les rapaces5, et plus marqué chez les oiseaux de proie ornithophages4.
Le mâle adulte mesure de 29 à 34 cm de long, avec une envergure de 59-64 cm3 et une masse de 110 à 196 g6. Il a les parties supérieures gris ardoise (tendant parfois vers le bleuâtre), avec le dessous finement barré de roux, qui peut sembler entièrement orange de loin ; ses iris sont orange-jaune ou rouge-orangé. La femelle est beaucoup plus grande avec 35-41 cm de longueur, une envergure de 67-80 cm3 et une masse de 185 à 342 g6. Elle a les parties supérieures brun foncé ou gris-brun et les parties inférieures barrées de gris-brunâtre. Ses iris sont jaune vif à orange, généralement surmontés d'un sourcil pâle7,2. La femelle est rarement (mais parfois) barrée de brun-roux, ressemblant alors aux mâles les moins roux2. Le juvénile est brun chaud dessus, les couvertures des parties supérieures ayant des franges pâles, et il est grossièrement barré ou tacheté de brun en dessous, avec les yeux jaune pâle7. Sa gorge présente des stries morcelées sombres8,2.
Les parties inférieures pâles, contrastant avec les parties supérieures sombres, seraient une illustration de la loi de Thayer, en aidant à briser le contour de l'oiseau. La « contre-illumination » se retrouve chez les oiseaux de proie qui chassent les oiseaux et d'autres animaux se déplaçant rapidement. Les barres horizontales des adultes sont typiques des oiseaux prédateurs des bois, tandis que la couleur bleutée du mâle adulte est également observée chez d'autres rapaces ornithophages, comme le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), le Faucon émerillon (F. columbarius) et d'autres espèces du genre Accipiter9.
Le petit bec de l'Épervier d'Europe lui sert à plumer et traîner ses proies, plutôt qu'à les tuer ou les découper. Ses longues pattes et ses doigts sont adaptés à la capture et la consommation d'oiseaux. Le doigt externe est assez long et mince ; le doigt intérieur et les doigts arrières sont relativement courts et épais. Le doigt médian est très long et peut être utilisé pour saisir des objets, et la protubérance située sur la face inférieure de celui-ci permet à l'oiseau de fermer sa patte sans laisser de fente9.

Locomotion et communication
Son vol caractéristique, onduleux, alterne des battements d'ailes rapides et de courts vols planés en arc de cercle14. En chasse, il vole au ras des arbres ou des buissons pour surprendre les passereaux.
C'est un oiseau généralement discret et silencieux en période d'hivernage. Lors de la période de reproduction, il « glapit » ou « tiraille ». Il émet principalement un caquètement constitué d'une série de syllabes simples comme kyukyukyukyukyu ou kikikikikikiki2. Le rythme du cri varie selon qu'il est utilisé pour une parade, en cri d'alerte ou pour annoncer le retour au nid15, bien que l'oiseau soit habituellement très discret aux abords de celui-ci2. La femelle en couvaison utilise un « hui-ou plaintif » pour quémander de la nourriture au mâle15.
Alimentation
L'Épervier d'Europe est un grand prédateur des petits oiseaux des bois16, bien que seules 10 % de ses attaques soient couronnées de succès17. Il chasse en faisant des attaques surprises, en utilisant les haies, les taillis, les bosquets, les vergers et autres zones à couvert se trouvant dans son habitat pour se dissimuler ; le choix de son lieu de vie dépend de la présence de ces zones de chasse. Il visite également les jardins des zones construites, profitant des proies qui s'y trouvent7. Il attend, caché, que des oiseaux s'approchent, et sort alors du couvert par un vol bas et rapide. Une poursuite peut s'ensuivre, le rapace se mettant parfois à l'envers pour saisir la victime par en dessous, ou la poursuivant à la course à travers la végétation. Il peut également se ruer sur la proie depuis une grande hauteur7 ; Ian Newton a décrit en tout sept modes de chasse utilisés par l'Épervier d'Europe18.
Les petits oiseaux sont tués sur le coup ou quand ils sont comprimés dans la patte de l'épervier, en particulier par les deux longues griffes. Les victimes qui luttent sont « pétries » par le rapace, qui utilise ses griffes pour écraser et lacérer. Ses longues pattes lui sont utiles lorsqu'il a à faire avec de plus grosses proies qui se débattent et donnent des coups de bec21. Il se dresse au-dessus de sa proie, lui arrache les plumes et la met en pièces9. Il mange habituellement les muscles de la poitrine en premier. Les os sont laissés, mais l'oiseau peut les briser en utilisant la pointe crochue de son bec. Comme les autres oiseaux de proie, l'Épervier d'Europe produit des pelotes de réjection contenant les parties indigestes de ses proies. Celles-ci mesurent de 25 à 35 mm de longueur et de 10 à 18 mm de largeur, avec une extrémité plus étroite et pointue que l'autre. Elles sont généralement composées de petites plumes, puisque les grandes sont arrachées et ne sont pas consommées22.

Reproduction
L'Épervier d'Europe se reproduit dans les vastes étendues de forêts, souvent de conifères ou mixtes, préférant les bois ni trop ouverts ni trop denses pour pouvoir y voler. Le nid peut être situé à la fourche d'un arbre, souvent près du tronc et près de la base de deux ou trois branches, sur une branche horizontale dans le bas de la canopée, ou près du sommet d'un grand arbuste. L'oiseau privilégie les conifères si ceux-ci sont disponibles7, avec une préférence particulière pour les épicéas28. Un nouveau nid est construit chaque année, généralement près du nid de l'année précédente, ou parfois sur la base d'un ancien nid de Pigeon ramier (Columba palumbus), ou de Corbeau à gros bec (Corvus macrorhynchos) comme le fait fréquemment A. n melaschistos12. Le mâle réalise l'essentiel du travail de construction. La structure, faite de brindilles en vrac mesurant jusqu'à 60 cm de long, a un diamètre moyen de 60 cm. Pour la ponte, un revêtement intérieur de fines brindilles ou de copeaux d'écorce est ajouté7.

Ponte et couvaison
La femelle pond ses œufs fin mai ou en juin15. Ils sont bleu clair avec de nombreuses mouchetures brunâtres ; les œufs récoltés, pour les collections de musée par exemple, perdent leur couleur de fond avec le temps32. Chaque œuf mesure 35-46 × 28-35 mm et pèse environ 22,5 g32, dont 8 % de coquille3. La ponte compte de trois à six œufs28, généralement quatre ou cinq. Ceux-ci sont généralement pondus dans la matinée, avec un intervalle de 2-3 jours entre chaque œuf. Si la ponte vient à être perdue, la femelle peut pondre jusqu'à deux œufs supplémentaires, alors plus petits que les œufs précédents7. L'incubation est assurée par la femelle, le corps du mâle, plus petit, ne pouvant recouvrir la totalité de la ponte28. Elle commence dès la ponte du deuxième ou troisième œuf. Chaque œuf éclot après 33 à 35 jours de couvaison, et la ponte échelonnée fait que la durée totale de couvaison dure pour la femelle de quatre à cinq semaines15. Durant cette période, cette dernière est approvisionnée en nourriture par le mâle.

Démographie et prédateurs
Une étude menée dans la forêt d'Ae, dans le Sud-Ouest de l'Écosse, a montré que 21 % des oisillons mouraient au bout de deux jours, à cause d'une alimentation insuffisante, de la pluie, de la prédation ou de l'abandon du nid par les parents35.
L'âge le plus avancé connu pour un Épervier d'Europe sauvage est de 20 ans et 3 mois après avoir été bagué, pour un individu retrouvé mort au Danemark36 ; la durée de vie typique n'est cependant que de quatre ans. L'analyse de données par le British Trust for Ornithology montre que la proportion de juvéniles survivant à leur première année est de 34 % ; la survie des adultes d'une année à l'autre est de 69 %3. Les oiseaux dans leur première année de vie pèsent moins lourd que les adultes et sont particulièrement légers dans les deux premiers mois après leur émancipation.

Accipiter_nisus_en_vol

Description Sparrowhawk 4a
Date 24 Août 2011, 11:53
Source Sparrowhawk 4a
Envoyé par Magnus Manske
Auteur Tony Hisgett de Birmingham, Royaume-Uni

Description La femelle est capable d'attraper de plus grosses proies que le mâle, ici une Tourterelle turque.Date 2006
Source eigen werk van Luc Jansegers, aan http://www.panneweel.be bezorgd voor Vrije Publicatie
Auteur Nat Pan , webmaster de http://www.panneweel.be , agrandie par R. Altenkamp, Berlin Version originale: l'image: Sperwer eet duifje.JPG

Accipiter_nisus_kill_male

Description Accipiter nisus
Anglais: Mâle adulte Épervier d'Europe, la plumaison proie. Il est debout sur une voie d'accès à une maison.
Nederlands: Een Sperwer meurent Zomaar ineens op onze oprit Landt om een er vogeltje uiteen te trekken en op te peuzelen. Gefotografeerd vanuit het keukenraam. Hij était zeer op zijn hoede maar toch bleef relatief lang zitten.
Date 19 Avril 2008
Source Flickr: http://www.flickr.com/photos/e3000/2570222219/

Description
Anglais: Un homme Epervier d'Europe [1] , Accipiter nisus , photographié dans un petit jardin dans le village de Rozenburg, dans la zone portuaire de Rotterdam, aux Pays-Bas, 20 Décembre, 2011
Nederlands: Een van de Mannetje Sperwer [2] , Accipiter nisus , in een kleine gefotografeerd tuin à Rozenburg [3] , Gemeente Rotterdam [4] op 20 décembre 2011
Date 21 décembre 2011
Source Travail personnel
Auteur Dwergenpaartje

Période d' observation

périodes d observation de Accipiter_nisus