Alauda arvensis Alouette des champs

Alauda arvensis by_Daniel_Pettersson

Alouette des champs Alauda arvensis

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Alaudidae
Genre Alauda
Nom binominal Alauda arvensis Linnaeus 1758
Statut de conservation UICN LC : Préoccupation mineure

L'Alouette des champs (Alauda arvensis) est une espèce d'oiseaux. Comme toutes les alouettes elle appartient à la famille des Alaudidae. C'est l'espèce la plus répandue en Europe.

Description
Alauda arvensis a une envergure de 35 cm pour un poids de 30 à 50 g. Pas de dimorphisme sexuel si ce n'est la taille supérieure du mâle qui peut atteindre 19 cm.
Le plumage de l'alouette des champs est peu voyant, brun strié de brun-noirâtre dans la partie supérieure avec une calotte un peu plus foncée et une gorge jaune, finement striée de brun foncé. La crête sur le sommet de la calotte se hérisse à certains moments. Les yeux brun foncé sont rehaussés d'un sourcil blanc-jaune, le bec est plutôt court et couleur corne. La partie inférieure du corps est crème sauf la poitrine chamois clair striée de brun-noir, la queue allongée et presque noire a les rectrices externes tachetées de blanc. Les ailes ont le liséré plus clair, pattes et orteils sont marron clair, le doigt arrière est plus long que les autres.
L'alouette court à ras le sol et s'y aplatit en cas de danger, le "trrlit" qui peut durer des minutes et le vol montant en spirale suivi d'une descente en piqué sont caractéristiques. L'alouette des champs chante -on dit aussi grisolle, tirelire ou turlutte- également au sol de façon très mélodieuse, parfois pendant plus d'une heure, et comme celui du rossignol, ce chant a fasciné les humains.

Habitat
Sa présence est continue en Europe de l'Ouest ainsi que sur la bande côtière de l'Afrique du Nord, en la Turquie et sur tout le pourtour de la mer Noire
L'alouette vit dans les prés et les champs, en plaine comme en altitude, quittant les zones froides pour hiberner dans le sud de l'Europe ou l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient. À l'approche du printemps, les mâles sont les premiers à refaire la migration inverse pour reprendre possession de leur territoire estival, qui couvre toute l'Europe et la Russie1.
La disparition des zones ouvertes propices à la vie de l'alouette eurasienne, les techniques agricoles et la chasse encore pratiquée dans de nombreuses régions menacent cette espèce. « Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerai… ».
Une étude danoise (1981) a montré que cet oiseau peut aussi nicher dans les accotements routiers (qu'elle préfère même aux champs adjacentes), et que le fauchage estival de ces accotements n'avait pas d'incidence significative sur le nombre d'oiseaux ou de leur distribution sur les accotements de la route2. S'il n'y a pas de biais d'observation (telle qu'une situation de piège écologique), ceci laisse penser que les zones enherbées sont préférées aux champs pour l'élevage des petits.

Reproduction
Deux voire trois couvées par an. Vol et parade nuptiale précèdent l'accouplement : le mâle monte et descend en spirale en chantant puis se laisse tomber sur le sol comme une pierre. Là, il parade autour de la femelle, crête dressée, ailes abaissées et queue déployée en éventail jusqu'à ce qu'elle accepte la fécondation. Le nid caché dans un trou sous l'herbe est fait à base d'herbes et de végétaux et tapissé de plumes, crins, poils, etc. La femelle y pond de deux à cinq œufs à la coquille gris jaune finement tachetée, elle les couve pendant 11 jours. Les deux parents participent à l'élevage des petits qui quittent le nid 10 jours après l'éclosion et s'envolent définitivement à l'âge de trois ou quatre semaines pour mener une vie autonome. Les couvées sont souvent victimes des rapaces, serpents et autres prédateurs.

Chant
L'alouette des champs grisolle, tire-lire, turlute. L'alouette des champs mâle a un chant complexe. Le chant est émis en vol. On peut entendre un sifflement « trli » ou un « dji » sonore, sur des tonalités variées. Les trilles et les trémolos sont souvent répétés avec des vitesses, des tonalités, des longueurs et des timbres différents. Quand l'alouette des champs chante au sol, le chant est plus calme et plus court, avec des gazouillis et des pauses. Elle utilise sa respiration aussi bien à l'inspiration qu'à l'expiration pour produire un chant mélodieux et continu : la même séquence mélodieuse peut durer plus d'une heure. Le chant de l'alouette des champs est unique. Sa qualité, sa variété et sa longueur ont inspiré de nombreux artistes, fascinés par ses merveilleuses variations

Vol
L'alouette des champs vole à basse altitude au-dessus de la campagne, sur de courtes distances, tournant souvent près du sol tout en criant. Sur de longues distances, le vol devient ondulant, mais l'alouette a aussi un vol direct et puissant qui peut atteindre 59 Km/h. Pendant les migrations, elle peut parcourir de 30 à 80 km par jour.

Régime
L'alouette des champs se nourrit d'insectes et de larves, vers de terre, et graines et semences diverses.

Périodes d'observations

période d observation de Alauda arvensis

ANNEXES ET Bibliographie

Sites référents
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alouette_des_champs
http://ibc.lynxeds.com/sound/eurasian-skylark-alauda-arvensis/male-singing-flight

Sous-espèces
D'après Alan P. Peterson, il existe onze sous-espèces :
Alauda arvensis armenica Bogdanov 1879
Alauda arvensis arvensis Linnaeus 1758
Alauda arvensis cantarella Bonaparte 1850
Alauda arvensis dulcivox Hume 1872
Alauda arvensis harterti Whitaker 1904
Alauda arvensis intermedia Swinhoe 1863
Alauda arvensis japonica Temminck & Schlegel 1848
Alauda arvensis kiborti Zaliesski 1917
Alauda arvensis lonnbergi Hachisuka 1926
Alauda arvensis pekinensis Swinhoe 1863
Alauda arvensis sierrae Weigold 1913

Bibliographie
OMPO, 2002. L'Alouette des champs. OMPO (Oiseaux migrateurs du Paléractique Occidental) Eveil Nature (ISBN 2840000326)
Référence
1↑ Guide ornitho du naturaliste, Delachaux et niestlé, ISB2-603-01142-1N
2↑ Karsten Laursen, Birds on roadside verges and the effect of mowing on frequency and distribution ; Biological Conservation, Volume 20, Issue 31, May 1981, Pages 59-68 (résumé [archive])
4↑ Adolphe D'houdetot, Le chasseur rustique ; Paris, 1847.
5↑ J. La Vallée., La Chasse à tir en France
6↑ a, b, c, d et e Pierre Garnier (voire bibliographie)
7↑ Toussenel cité par Pierre Garnier (voire bibliographie)
8↑ selon le Marquis de Fondras cité par Pierre Garnier (voire bibliographie)
9↑ A. D'houdetotn in Chasseur rustique, cité par Garnier / voir bibliographie
10↑ de Deyeux (Journal des chasseurs) cité par Pierre Garnier (voir bibliographie)
11↑ Programme STOC, Suivi de Alauda arvensis. http://vigienature.mnhn.fr/page/alouette-des-champs [archive]
Liens externes
Référence Alan P. Peterson : Alauda arvensis dans Passeriformes (en)
Référence Avibase : Alauda arvensis (+ répartition) (fr+en)
Référence Oiseaux.net : Alauda arvensis (+ répartition) (fr)
Référence Fauna Europaea : Alauda arvensis (en)
Référence ITIS : Alauda arvensis Linnaeus, 1758 (fr) (+ version anglaise (en))
Référence Animal Diversity Web : Alauda arvensis (en)
Référence NCBI : Alauda arvensis (en)
Référence UICN : espèce Alauda arvensis Linnaeus, 1758 (en)

Alauda_arvensis_tete

Ďalšie odkazy na stránku:
http://www.sciencesnaturelles.be/cb/birdspictures/images/Alauda arvensis.JPG - obrázok

alauda arvensis_nid

photo Josef Hlasek

Alauda arvensis_MHNT_egg

Description
Français: Œuf d ' Alouette des champs . Collection de Jacques Perrin de Brichambaut .
Lieu de découverte France: Esbarres , Côte-d'Or,
Date 21 Juin 2012
Photographe Didier Descouens
Institution Musée de Toulouse