Scolopax rusticola Bécasse des bois

Woodcock_earthworm by Ronald_Sl

Bécasse des bois Scolopax rusticola

**Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Charadriiformes
Famille Scolopacidae
Genre Scolopax
Nom binominal Scolopax rusticola Linnaeus, 1758
Statut de conservation UICN LC : Préoccupation mineure

La Bécasse des bois (Scolopax rusticola) est une espèce d'oiseau de la famille des Scolopacidae. C'est un oiseau migrateur discret, essentiellement nocturne, qui niche occasionnellement en France.
On chassait ou braconnait autrefois la volontiers la bécasse de nuit, quand elle quitte les fourrés pour partir à la recherche de nourriture, notamment en Bretagne .

Habitat et aire de répartition
C'est un oiseau typiquement forestier, qui semblait également autrefois apprécier les régions bocagères (Bretagne notamment). Il est réputé plutôt lucifuge : « Ces oiseaux de passage, dont les chasseurs font le plus grand cas, nous arrivent par un temps sombre, le plus souvent la nuit; ils s'abattent dans les taillis ou les futaies, et préfèrent les bois où il y a beaucoup de terreau humide et de feuilles mortes 1 » contrairement a la bécassine des marais qui est un limicole la bécasse des bois est un humidicole En France, on peut rencontrer cette espèce du début octobre à fin mars-début avril. Son aire de répartition diminue constamment suite à une chasse excessive de l'espèce.
Jusqu'au xixe siècle au moins, cette espèce nichait dans les régions montagneuses élevées (Pyrénées, Alpes, etc.) et rejoignait les plaines en automne (on la trouvait et chassait vers le milieu d'octobre, dans les zones boisées ou bocagères des plaines)1.

Description, comportement
Le plumage de la bécasse des bois décline toutes les nuances de couleur du brun foncé au beige clair ; son mimétisme la rend extrêmement difficile à observer au sol en milieu forestier. C'est son envol rapide et bruyant, souvent très près du gêneur, ou son atterrissage (assez lourd) fournit alors l'occasion de l'observer dans de bonnes conditions.
La bécasse des bois fait partie des oiseaux réputés avoir une excellente vision, y compris de nuit. Elle peut voir à 200°.
On disait autrefois d'elle qu'elle « craint la chaleur et la sécheresse » (qui diminuent son accès aux vers de terre)2
Traces, indices de présence
Sa fiente, caractéristique, est appelée « miroir» ; c'est un marqueur de la présence ou du passage de l'oiseau.

Alimentation
La bécasse a besoin d'un humus riche et épais, où grâce à son long bec elle prélève les lombrics qui constituent l'essentiel de sa nourriture
Chaque soir ou presque, dès le crépuscule, la bécasse quitte ses remises forestières pour aller sur nourrir sur des prairies pâturées ou dans des vignes riches en lombrics où elle passe l'essentiel de ses nuits.
En cours de journée, elle peut également se nourrir en fouillant l'humus des sous-bois à la recherche de lombrics, araignées et autres petits insectes grâce à son bec doté d'une mandibule supérieure articulée.
Les gelées, en durcissant la terre, la chassent donc progressivement vers les plaines puis vers le sud, jusqu'au Maroc. En période durable de froid, la bécasse privilégie les sols acides qui gèlent plus difficilement, et lui permettent de trouver une alimentation encore accessible

Reproduction
En mars, les bécasses quittent les plaines pour remonter en altitude. Elles partent appariées et volent de nuit (dès le matin, elles se blottissent dans quelque bois et ne reprendront leur route que vers le soir).

Nidification
Selon Aristide & Stanislas Frézard (1866)1, « Elles construisent leurs nids par terre avec des herbes sèches, entremêlées de petits brins de bois.
La femelle pond quatre ou cinq œufs oblongs d'un gris roussâtre, marbrés de stries ondulées, un peu plus gros que les œufs de pigeon.
Dès que les petits sont éclos, ils quittent le nid et se mettent à voler, avant d'avoir d'autres plumes que celles des ailes »
La ponte a ordinairement lieu en avril, dans la partie nord de son aire de répartition, la Russie, l'Irlande, la Scandinavie, etc. On signale encore quelques rares couples nichant en France. La femelle pond 4 œufs, qu'elle couvera pendant 22 jours, avant que les poussins nidifuges ne voient le jour.

Périodes d observations

périodes d observation de Scolopax_rusticola

ANNEXES ET Bibliographie

Sites référents
http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9casse_des_bois
http://bru.observations.be/soort/stats/121
http://www.oiseaux.net/oiseaux/becasse.des.bois.html
http://www.scolopaxrusticola.com/francia/scolopaxfra_biol2.shtml

Références taxonomiques
Référence Avibase : Scolopax rusticola (+ répartition) (fr+en)
Référence Fauna Europaea : Scolopax rusticola (en)
Référence ITIS : Scolopax rusticola Linnaeus, 1758 (fr) (+ version anglaise (en))
Référence Animal Diversity Web : Scolopax rusticola (en)
Référence NCBI : Scolopax rusticola (en)
Liens externes[modifier]
Sur les autres projets Wikimedia :
Bécasse des bois, sur Wikimedia Commons
Référence UICN : espèce Scolopax rusticola Linnaeus, 1758 (en)
Référence Oiseaux.net : Scolopax rusticola (+ répartition) (fr)
(fr) La bécasse des bois, Animal du mois, ONCFS
Bibliographie

Yves Ferrand et François Gossmann, La Bécasse des bois - Histoire naturelle, éditeur : Effet de lisière.
Notes et références[modifier]
1↑ a, b, c, d, e, f, g et h Aristide Frézard & Stanislas Frézard, « Chronique forestière », chapitre "Les oiseaux des forêts" dans la Revue des eaux et forêts ; Annales forestières, année 1868, volume 7 (voir p. 18 et suiv.)
2↑ Adolphe René, C. Sellier, Traité de la chasse, contenant les chasses à l'affut à tir et à courre, éd. : T. Lefèvre, 1865 - 240 pages (voir p. 156)
3↑ Adolphe René, C. Sellier, Traité de la chasse, contenant les chasses à l'affut à tir et à courre, éd. : T. Lefèvre, 1865 - 240 pages (voir p 159)
4↑ Belon, Histoire de la nature des oiseaux, p. S7S /Paris, 1355, in-fol

Scolopax rusticola

auteur n c

Scolopax_rusticola_nid

auteur n c