Fomes fomentarius Amadouvier

by George Chernilevsky Fomes_fomentarius_

Amadouvier Fomes fomentarius

Classification
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Ordre Polyporales
Famille Polyporaceae
Genre Fomes
Nom binominal Fomes fomentarius (L. ex Fr.) J. J. Kickx 1867
L'amadouvier (Fomes fomentarius) est un champignon basidiomycète de la famille des Polyporaceae. Son nom renvoie à l'amadou, mot d'origine provençale qui signifie « amoureux », en allusion à sa capacité à s'enflammer. Le taxon scientifique se traduit, lui, littéralement par « combustible à pansements ».

Description
Chapeau, de 15 à 30, voire 50 cm, épais de 8 à 15 cm, pour un poids de 2kg, en sabot de cheval, gris-brun, portant des bourrelets concentriques de taille décroissante en allant vers la marge.
Tubes bruns, sporée jaunâtre.
Absence de pied, le champignon pousse en console.
Chair épaisse, brune d'aspect ligneux, coriace. Odeur de banane chez les exemplaires frais.

Habitat
C'est un redoutable parasite de plusieurs feuillus : hêtre, platane, bouleau, peuplier, chêne ou marronnier, entre autres. Il se fixe sur des arbres faibles ou blessés, produit une pourriture blanche et finit en quelques années par tuer son hôte.

Utilité
L'amadouvier n'est pas comestible. On tirait l'amadou de sa chair spongieuse combustible. Il était utilisé comme substance inflammable dès la préhistoire (les briquets d'amadou étaient eux équipés de mèches "en coton" trempées dans un bain chimique pour le rendre très inflammable).
Connu depuis le ve siècle av. J.-C., il a servi en médecine pour ses vertus cicatrisantes et hémostatiques. Il était cueilli autrefois pour la fabrication de liqueurs amères. En Roumanie, l'amadouvier est toujours utilisé en artisanat (technique du feutrage) notamment pour la fabrication de chapeaux, de casquettes et de sacs.
Il a été retrouvé de l'amadou dans le sac de la momie du chasseur Ötzi au sud du Tyrol.

Confusions possibles
L'Amadouvier peut être confondu avec le polypore marginé (Fomitopsis pinicola (Fr.) Karsten) qui préfère le résineux et dont le bord de la fructification est jaune-orangé.
Ne pas confondre non plus avec le « Fomes » du forestier (Heterobasidium annosum (Fr.) Bref.) qui lui est un décomposeur du bois d'épicéa et un pathogène du pin.
La confusion avec le Phellinus nigricans (Fr.) Karten est également possible mais ce dernier a des pores arrondis (5 à 6 par mm) et sa face supérieure presque noir est fendillée. Il vit de plus sur bouleau, ce qui est rare chez l'Amadouvier.

Fomes fomentarius_bois_nagneux

Périodes d observations

ANNEXES ET Bibliographie

Sites référents
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amadouvier
http://www.onf.fr/activites_nature/sommaire/decouvrir/champignons/fiches/polypores/20080530-151236-408611/@@index.html
http://champyves.pagesperso-orange.fr/champignons/fichier_htm/sur_arbres/sulphurus.htm

Liens externes
Dossier "A la découverte de l'Amadouvier" sur le site futura-sciences.com
sur l'utilisation de l'amadou pour faire du feu http://cyrilpoe.e-monsite.com/
Sources
Champignons du Nord et du Midi (tome III/IX), André Marchand, Hachette, ISBN 84-399-3605-2
B. Roussel et al. (2002).- L'Amadouvier, grande et petite histoire d'un champignon. Supplément hors-série des Annales de la Société d'Horticulture et d'Histoire Naturelle de l'Hérault, 48 p.