Gammarus pulex Gammare

gammares_parc_st_pierre

Gammarus pulex Gammare

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Crustacea
Classe Malacostraca
Sous-classe Eumalacostraca
Super-ordre Peracarida
Ordre Amphipoda
Sous-ordre Gammaridea
Famille Gammaridae
Genre Gammarus
Nom binominal Gammarus (Linnaeus, 1758)

Gammarus pulex (qui pourrait être renommé Rivulogammarus pulex) ou gammare (parfois improprement appelé crevette d'eau douce) est une espèce de crustacé (Malacostraca), amphipode, de la famille des gammaridés, qui vit dans les eaux douces, dures (régions calcaires) et propres. Il peut ou pouvait y atteindre des populations très denses. C'est une source importante de nourriture pour divers organismes aquatiques. Le mouvement constant qu'ils entretiennent, contribue au mélange des couches d'eau et des nutriments dans les eaux lentiques. On le différentie facilement des aselles en ce que les premiers nagent ou se meuvent « de côté » et le corps recroquevillé en position arrondie ; sur le fond, quand ils fuient (ce qui leur permet de se glisser sous les pierres, feuilles mortes, etc.). Mais ils peuvent également - en pleine eau - se mouvoir en position normale, le corps allongé, et le dos vers le haut.

Description
Taille : L'adulte mesure en moyenne 11 mm de long (et jusqu'à 20 mm pour certains mâles). Couleur : le corps légèrement translucide est brun à brun-jaune.
La première et seconde paire de pattes antérieures sont fortes (le mâle s'en sert pour s'attacher à la femelle durant l'accouplement). Ces pattes lui permettent aussi des mouvements brusques face aux prédateurs. Les antennes très développées sont des organes sensoriels lui permettant par le goût et le toucher de détecter sa nourriture.
Les yeux sont composés, et bien qu'assez primitifs, ils offrent probablement au gammare un large champ de vision, lui permettant de mieux détecter ses prédateurs.
Thorax : il comprend a sept paires de jointure jambes, deux paires de récupération sont comme gnathopods pour saisir, et cinq paires sont pour l'exploration et la natation.
Il contient également les branchies. Un exosquelette (souvent qualifié de carapace) chitineux rigide, articulé, protège le thorax et la tête. Le mouvement permanent de certains appendices maintient les branchies en contact avec l'eau qui lui apporte l'oxygène et comme chez tous les amphipodes, cet oxygène n'est pas transporté par de l'hémoglobine à base de fer, mais par un pigment respiratoire à base de cuivre (l'hémocyanine).
Abdomen : il supporte trois paires d'appendices connu sous le nom de pléopodes utilisés pour la nage et la circulation de l'eau quand il reste sur place (pour alimenter les branchies en oxygène). Trois autres paires de pattes dites uropodes servent également à la natation.

Identification
Gammarus pulex est reconnaissable aux caractéristiques suivantes :
Paires d'antennes aussi longues que les antennules
Segments dorsaux non carénés ou lisses
Pas de soies sur la partie antérieure du corps
Yeux (encore appelées ocelles) petites et rondes, non aplaties, non réniformes
Rames interne du troisième uropode faisant 1/3 de la longueur de la rame externe (critère à observer sous une binoculaire à zoom, permet de le distinguer de son cousin très proche Gammarus fossarum (Koch 1835)
Dimorphisme sexuel : la femelle adulte est généralement deux fois plus petite que le mâle
Confusion possible avec Gammarus fossarum

Habitat
Son habitat optimal semble être les cours d'eau des régions calcaires, mais des populations importantes peuvent être trouvées dans certains fossés, lacs et étangs, habituellement plutôt près des berges ou dans les contre-courants et zones caillouteuses ou riches en grosses pierres, mousses et zones d'accumulation de feuilles mortes et débris végétaux. Sa forme profilée lui permet de s'insérer sous les pierres, et dans les anfractuosités du gros gravier voire dans le substrat entre la bases de tiges de plantes aquatiques et leurs racines, bien que se nourrissant plutôt sur le fond ou dans la partie supérieure des plantes.
Il tolère, dans une certaine mesure, la pollution de l'eau (en particulier celle en contaminants). En revanche, cette espèce ne tolère pas un taux d'oxygène dissous faible (limite, cf. Peteers and Gardeniers, Freshw Biol (39)4 p 605, DOI : 10.1046/j.1365-2427.1998.00304.x). Ces caractéristiques, et d'autres concernant son fonctionnement biologique et écologique, en font un bon bioindicateur de la qualité de l'eau du point de vue du respect des conditions optimales pour la faune aquatique.

Alimentation
Il se nourrit sur le fond ou sur des substrats de débris végétaux ou animaux et de petits organismes fixés à ces débris ainsi que de larves d'invertébrés capturés sur le fond, dans la mousse, des algues filamenteuses ou sur les plantes aquatiques.

gammare_st_pierre2013

Périodes d observations

mars et

OBSERVATIONS EN PICARDIE

n est pas inclus dans la base de donnée en 2013

ANNEXES ET Bibliographie

SITES référents
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gammarus_pulex

Liens externes
Référence Aquabase : Gammarus pulex (fr)
Référence Fauna Europaea : Gammarus pulex (en)
Référence ITIS : Gammarus pulex (Linnaeus, 1758) (fr) (+ version anglaise (en))
Référence World Register of Marine Species : espèce Gammarus pulex Linnaeus, 1758 (en)
Référence Animal Diversity Web : Gammarus pulex (en)
Référence NCBI : Gammarus pulex (en)
(en) Richard Torrens' Aquatic life website on Gammarus
Page contenant une photographie d'accouplement montrant la différence de taille entre mâle et femelle.
Notes et références